Paysans ou futurs paysans

" Le programme Eau & Bio crée une
émulation dans le milieu paysan "

Pierre Philippe Bidegain

Paysan à Mendionde.

J’ai lancé la conversion des terres de mon exploitation fin 2017, avec un processus qui durera deux ans, et je pense ensuite convertir mon troupeau de brebis laitières en juillet 2019, pour une conversion qui durera six mois, et ainsi être en bio à partir de janvier 2020.
Plusieurs choses font hésiter au départ. Le principal frein au passage en bio est d’ordre mental. il faut avoir le déclic, se jeter à l’eau. On sait ce que l’on laisse, un système calé et rodé, et on ne sait pas ce que ça va donner, les changements éventuels que le passage en bio occasionnera.
Un autre frein est le coût de l’alimentation : le prix des aliments pour brebis en bio représente le double du conventionnel ! Enfin, jusqu’à très récemment, ma laiterie n’avait pas une politique de prix très incitative pour le lait bio…

J’ai été accompagné par le Syndicat de la Nive et par BLE, qui est le Civam Bio du Pays Basque. J’ai pu bénéficier d’un diagnostic qui m’a permis de savoir où j’en étais dans ma réflexion, les différentes étapes et obstacles que j’avais encore à franchir. L’animatrice, Camille Méteyer, a aussi organisé des visites de laiteries et d’exploitations en bio ou en conversion.
Le Syndicat nous a également proposé de rencontrer les différentes coopératives et fournisseurs d’aliments pour ovins susceptibles de fournir des aliments bios. En résumé, les diagnostics, les visites, les échanges sur le thème de la bio créent aussi une émulation dans le milieu paysan, où la bio a déjà le vent en poupe en ce moment.

Le programme Eau & Bio prend tout son sens dans notre zone agricole. Je pense que les gens, et notamment les agriculteurs, sont de plus en plus soucieux d’être plus respectueux de leur environnement. Toute opération qui tend à faire changer les mentalités, et à promouvoir la bio notamment, est la bienvenue !