Qualité de l'eau

" Eau & Bio est un outil puissant "

Mizel Dunate

Président de BLE

L’agriculture biologique, telle que pensée par ses fondateurs et celles et ceux qui la mettent en pratique aujourd’hui, est basée sur une approche globale des fermes. Elle vise à maintenir ou développer le potentiel de fertilité des sols, et à assurer le bien-être animal, gage de leur santé et de leur capacité nourricière. Ces choix et leurs applications concrètes ont des conséquences très positives sur la qualité de l’eau : pas de recours aux molécules de synthèse biocides, utilisation quasi-nulle d’antibiotiques et d’antiparasitaires allopathiques qui ont un impact fort sur les eaux de la montagne et du piémont, optimisation de la capacité fertilisante des fumiers et composts des fermes par un fractionnement des apports, et maintien de la capacité de fixation des sols. En bio, chaque unité d’azote ou de phosphore compte, il n’est pas question de les laisser partir dans les eaux de la Nive, de la Bidouze ou du Saison !

Bien sûr, la reconnaissance officielle du label par le ministère de l’Agriculture et la Commission européenne garantit un respect strict des cahiers des charges, avec l’agrément d’organismes certificateurs officiels. Les guides de lecture de la réglementation, et les fiches règlementaires que BLE ou la FNAB mettent à disposition des paysan·ne·s bio facilitent aussi le travail sur les fermes. Car au final, si la bio est une démarche solide, durable, de confiance, c’est avant tout parce que toutes les fermes bio d’Iparralde sont engagées par conviction.

Cela fait 25 ans que BLE travaille pour développer la bio, avec des résultats que l’on peut considérer comme positifs. Les conditions de production (piémont, montagne) et la petite taille des fermes font qu’il a fallu penser collectivement une bio autonome, économe, adaptée, et que ce travail doit être absolument poursuivi. Le site pilote Eau&Bio est pour nous un outil puissant, intimement lié à un territoire et un bassin de vie, pour faire connaître tout ce travail et convaincre de l’impact territorial de l’agriculture biologique en termes de lien social et de relocalisation, de respect et de valorisation de l’environnement, de création d’emplois, etc. L’eau et la bio font le territoire.