Plus value sociale

" Renouer avec le monde paysan
de notre territoire "

Isabelle Capdeville

Présidente de l’Inter-Amap Pays Basque

Association de consommateurs achetant les produits directement aux producteurs

Je vois deux positionnements différents. Soit les personnes recherchent une réponse directe à la question « comment je fais pour ne pas m’empoisonner ? », et voient dans la bio une alimentation saine en ayant l’assurance qu’il n’y ait pas de produits chimiques dedans. C’est souvent une réaction des personnes qui ont de jeunes enfants, ou une période difficile au niveau de leur santé, et vont donc remettre en question leur alimentation, et donc leurs achats.
Ensuite il y a les personnes qui réfléchissent plus largement, en se disant qu’ils font des choix tous les jours, et que ces choix doivent être en adéquation avec ce qu’ils pensent et ce qu’ils veulent comme société. Ils vont opter pour une alimentation bio, mais aussi de proximité, locale.

Oui, et c’est précisément ce que propose le projet Eau & Bio, l’écriture d’un scénario commun entre tous les acteurs du territoire, au-delà des décisions que peuvent prendre chacun en tant qu’élus, paysans ou consommateurs. Il ne s’agit pas que d’alimentation, mais aussi de réservation des terres agricoles, de place réservée à la nature et à la biodiversité, etc. Autant d’éléments qui sont déterminés par des choix de gestion que l’on devrait faire collectivement… ce que l’on ne fait pas assez.

Les paysans, c’est notre lien avec l’alimentation. Soit on reste uniquement sur la question du produit, et on ne se demande pas d’où il vient et comment il a été conçu. Soit on prend en compte le fait que nos choix de consommation déterminent aussi notre cadre de vie, et on fait le choix du local et du soutien à l’agriculture paysanne. Et pas celui de la grande distribution, qui a détruit le lien entre habitants et paysans. Renouer avec la bio locale, c’est aussi, en tant qu’habitant, renouer avec les paysans de notre territoire.