Valorisation des produits

" Des prix de plus en plus attractifs
pour les producteurs "

Christophe Ourricariet

Directeur de la Fromagerie des Bergers Saint Michel

Sans aucun doute, cela fait presque 10 ans qu’il progresse d’au moins 15% par an ! Nous faisons du fromage bio depuis près de 20 ans, avec deux producteurs au début et 12 aujourd’hui, et cela ne suffit toujours pas à satisfaire la demande, nous refusons une dizaine de nouveaux clients par an. Nous vendons à 99% en magasins bio, au Pays Basque et sur toute la France, mais pas en grande distribution. Cela nous permet d’avoir une bonne valorisation de nos produits, et des clients qui comprennent qu’il puisse y avoir des ruptures de production en fonction des saisons.

Nous maintenons des prix abordables sur nos fromages BIO pour que la demande reste forte et donc permettre à plus d’éleveurs de s’installer ou de passer en bio. Nous sommes dans une logique de partage de la marge, nous construisons la filière ensemble avec nos partenaires, et les prix deviennent de plus en plus attractifs pour les paysans qui hésiteraient à franchir le pas.
Nous valorisons le lait bio, en fonction de la qualité, entre 35% et 40% de plus que le conventionnel. De plus, nous collectons uniquement du lait sous appellation d’origine protégée (AOP) Ossau-Iraty, et nous souhaitons développer cette production en bio sous AOP. Cela va prendre du temps, mais la demande est très forte et c’est la seule façon d’installer une filière bio solide, dans laquelle tout le monde est gagnant localement. Nous encourageons aussi la conversion en achetant le lait à un prix supérieur au conventionnel même pour les producteurs en conversion.

L’eau est un argument très efficace, car tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut en préserver la qualité. De plus, le projet Eau & Bio est porté par les élus de la vallée, et cela a apporté une crédibilité importante à la bio. Pour beaucoup, cela a permis une prise de conscience : si les élus pensent maintenant que c’est important, cela veut dire que c’est sérieux. Tous nos producteurs en conventionnel ont reçu une documentation, et nous sentons maintenant dans nos discussions avec eux qu’ils prennent le sujet de la bio au sérieux. Les principaux freins à la conversion étant encore psychologiques, Eau & Bio peut donc jouer un rôle décisif.