Valorisation des produits

" La bio a permis l’installation
de deux jeunes sur notre ferme "

Beñat Negeloua

Paysan en ovin lait bio et viande bovine bio

GAEC Ekibegia de Saint-Just-Ibarre

C’était un vieux rêve. Déjà, à l’école, au milieu des années 1970, nous avions été sensibilisés par un professeur à la bio et, plus généralement, aux produits de qualité. Avec un copain, nous avons envisagé de nous inscrire en BTS d’agriculture bio, mais il y avait deux écoles seulement, loin d’ici, et localement il n’y avait aucun soutien technique ni aucune aide financière. Et c’était encore assez mal vu… Un jour mon fils Mikel, qui était en 1ère, nous a dit qu’il allait prendre la suite, mais en bio. Je lui ai répondu : « Il n’y a pas de “mais” : je commence la conversion demain, et quand tu auras fini tes études, la ferme sera en bio. » Il s’est donc installé en 2011, avec mon neveu Peio, et nous sommes depuis trois sur la ferme.

La qualité du produit, et pas seulement la qualité gustative : un aliment doit nourrir le consommateur en préservant sa santé. La bio, c’est aussi pour transmettre un environnement viable à nos enfants. La semaine où Mikel nous a annoncé qu’il voulait s’installer en bio, nous avions été voir le film « Nos enfants nous accuseront ». Un film qui pousse à passer à l’action…

Le passage en bio et le fait de transformer en direct ont permis l’installation sur la ferme de deux jeunes en plus de moi, même en réduisant le troupeau. Nous nous sommes ouverts de nouveaux marchés, avec une meilleure valorisation de nos produits. Les doutes que j’avais au départ ont donc vite disparu. L’autre chose importante a été le retour des consommateurs. Avant, le maquignon venait prendre mes vaches et mes veaux, et leur cherchait tous les défauts pour baisser le prix. J’en étais à me demander si je travaillais bien. Du coup, quand on a commencé à vendre du veau en caissettes et que la tante d’une amie m’a dit qu’elle s’était régalée, cela a été un moment de plaisir et d’émotion très intense pour moi. Cela a rétabli les choses. Et aujourd’hui, on ne fait aucun effort de communication, mais il y a toujours de nouveaux clients qui arrivent !